ONU: 150 millions d’enfants plongés dans la pauvreté à cause de la pandémie

pandémie

La pandémie du Covid-19 a plongé 150 millions d’enfants supplémentaires dans une pauvreté multidimensionnelle, en les privant d’éducation, de soins de santé, de logement, de nutrition, d’assainissement ou d’eau, déplore une nouvelle étude des Nations-Unies.

Cette analyse de l’impact de la Covid-19 sur la pauvreté des enfants, publiée jeudi par le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’ONG Save the Children, montre qu’au niveau mondial, le nombre d’enfants vivant dans la pauvreté est monté en flèche pour atteindre près de 1,2 milliard, soit une augmentation de 15 % depuis le début de la pandémie cette année.

L’étude, basée sur des données relatives à l’accès à l’éducation, aux soins de santé, au logement, à la nutrition, à l’assainissement et à l’eau provenant de plus de 70 pays, révèle également qu’environ 45 % des enfants étaient « gravement privés » d’au moins un des besoins essentiels dans les pays analysés avant la pandémie.

L’UNICEF avertit que la situation va probablement s’aggraver dans les mois à venir. L’agence onusienne et l’ONG Save the Children s’engagent à continuer de suivre l’évolution de cette situation et à travailler avec les gouvernements et la société civile pour y faire face.

«La Covid-19 et les mesures de verrouillage imposées pour empêcher sa propagation ont plongé des millions d’enfants encore plus profondément dans la pauvreté », a déclaré Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF. «Des familles qui étaient sur le point d’échapper à la pauvreté ont été ramenées dans leur pays, tandis que d’autres connaissent des niveaux de privation qu’elles n’avaient jamais connus auparavant. Plus inquiétant encore, nous sommes plus proches du début de cette crise que de sa fin », a-t-elle dit.


L’étude révèle aussi que non seulement le nombre d’enfants en situation de pauvreté est plus élevé qu’auparavant, mais que les enfants les plus pauvres s’appauvrissent également. Certains enfants peuvent subir une ou plusieurs privations et d’autres n’en subissent aucune, c’est pourquoi le nombre moyen de privations subies par enfant peut être utilisé pour évaluer dans quelle mesure les enfants sont pauvres.