RAM : La crise persite

RAM : La crise persite

Amer ! On peut imaginer que c’est le goût ou le ressenti de la direction de la Royale Air Maroc suite au rejet de la proposition qu’elle avait faite au syndicat des pilotes.

Pourtant l’espoir était permis et la direction se nourrissait d’un brin d’espérance qui pourrait amorcer la tension qui sévit, depuis près de trois mois maintenant, au sein de la compagnie nationale marocaine. Mais que nenni ! Tel un château de carte, l’espoir s’est dégringolé installant par la même occasion un sentiment de frustration.

→ Lire aussi : RAM : « le référendum » de l’entente ou du pire

En effet, sur 426 votants au sein des pilotes pour voir si la proposition allait être acceptée ou rejetée, 359 ont voté « Non » et seuls 60 ont choisi le camp du « Oui » avec 5 bulletins nuls et deux blancs. La déduction est toute simple : les 359 -c-à-d la majorité-, ont rejeté la proposition de la direction. Celle-ci n’en revient toujours pas. L’étau se resserre davantage et la susceptibilité de l’irrégularité des vols et de l’annulation de certains plane dans les esprits.

Déjà, un tel scénario laisse prévoir qu’il y aura des incidences financières. Entre les exigences du syndicat des pilotes et les propositions de la direction, le fossé qui s’est creusé, aura, sans nul doute, un coup sévère sur le chiffre d’affaires de l’entreprise. Certes, les chiffres nous sont pour le moment méconnus mais  c’est un secret de polichinelle de dire que cette lutte affaiblit la compagnie et lui fait perdre des clients au profit d’autres entreprises concurrentes.

Sadikh Top

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :