A LA UNEEnvironnement

Réduire les émissions de méthane de 45% permet d’éviter une hausse de la température mondiale

Les émissions de méthane liées à l’activité humaine peuvent être réduites de 45% au cours de cette décennie, ce qui permettrait de limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celsius, conformément à l’Accord de Paris sur le climat, indique un rapport de la Coalition pour le climat et l’air pur (CCAC).

L’Évaluation mondiale du méthane souligne les avantages de l’atténuation du méthane, un ingrédient clé du « smog », dont la prévention de quelques 260.000 décès prématurés et 775.000 visites à l’hôpital liées à l’asthme chaque année, ainsi que 25 millions de tonnes de pertes de récoltes, précise le rapport de de la CCAC, un partenariat mondial de gouvernements et de partenaires non-étatiques, ainsi que du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

« La réduction du méthane est le levier le plus puissant dont nous disposons pour ralentir le changement climatique au cours des 25 prochaines années et complète les efforts nécessaires pour réduire le dioxyde de carbone », a déclaré la directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen, ajoutant que « les avantages pour la société, les économies et l’environnement sont nombreux et dépassent largement le coût ».

Le méthane est un gaz à effet de serre extrêmement puissant, qui est responsable d’environ 30% du réchauffement depuis l’ère préindustrielle.

→ Lire aussi : LES ÉMISSIONS DE CO2 ET DE MÉTHANE ONT AUGMENTÉ EN 2020 MALGRÉ LA PANDÉMIE

La plupart des émissions de méthane d’origine humaine proviennent de trois secteurs : les combustibles fossiles, tels que le traitement du pétrole et du gaz, les décharges et les déchets, et l’agriculture, principalement liée au bétail.

Le rapport souligne l’urgence d’une action internationale, car les émissions de méthane d’origine humaine augmentent plus rapidement que jamais depuis le début des relevés dans les années 1980.

Même si la pandémie de Covid-19 a provoqué un ralentissement économique en 2020, empêchant une nouvelle année record pour les émissions de dioxyde de carbone (CO2), les données de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis montrent que la quantité de méthane dans l’atmosphère a atteint des niveaux record l’année dernière.

Contrairement au CO2 qui reste dans l’atmosphère pendant des siècles, le méthane se décompose rapidement et disparaît en grande partie au bout d’une décennie, ce qui signifie qu’il est possible de réduire rapidement le taux de réchauffement de la planète à court terme.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page