Voitures électriques : Volkswagen veut ouvrir 6 usines de batteries en Europe d’ici 2030

Le géant de l’automobile Volkswagen veut démarrer d’ici 2030 sur six sites européens la fabrication de batteries et de cellules, multipliant ainsi ses capacités face à l’accélération attendue des ventes de voitures électriques, selon un communiqué.

“Seul ou avec des partenaires”, Volkswagen prévoit “d’opérer jusqu’à six gigafactories”, a déclaré le patron Herbert Diess, utilisant le terme introduit par le fondateur de Tesla Elon Musk, régulièrement cité par le groupe allemand comme le concurrent à imiter et rattraper.

L’électrique “est la seule solution pour réduire rapidement les émissions de la mobilité”, a dit M. Diess en introduction de la conférence baptisée “Power Day” — une autre allusion au patron de Tesla et à son “Battery Day” annuel.

Face à la législation européenne plus contraignante sur les émissions de CO2, la part de voitures purement électriques parmi les ventes de Volkswagen “va doubler à près de 60%” en moins de 10 ans.


C’est pourquoi “les capacités de batteries doivent croître en parallèle”, a expliqué M. Diess.

Parmi les six usines, qui auront une capacité totale de 240 gigawattheures (GWh), une sera située à Zalzgitter, en Allemagne, un important site de Volkswagen.

Une deuxième est en cours de construction en Suède en partenariat avec l’entreprise Northvolt, spécialiste des batteries dans lequel Volkswagen va augmenter sa participation.

“Pour les autres usines, la localisation et des partenaires possibles sont en cours d’évaluation”, précise le constructeur dans son communiqué.


Volkswagen, qui investit plus de 30 milliards d’euros dans son virage électrique, compte également réduire de “jusqu’à 50%” les prix des batteries en misant sur un modèle unique pour 80% de ses voitures et de vastes économies d’échelle.

Le groupe allemand a également annoncé un investissement de 400 millions d’euros d’ici 2025 dans le réseau de recharge européen pour multiplier par cinq le nombre de points de recharge rapide et couvrir avec ses partenaires un tiers de la demande.

Volkswagen a signé des partenariats avec le groupe britannique BP, l’Espagnol Iberdrola et l’entreprise italienne Enel.

Dimanche, le constructeur avait annoncé un plan de suppression d’emploi qui pourrait porter sur jusqu’à 5.000 postes pour réduire ses coûts afin, notamment, de financer ses investissements dans la voiture électrique.


Avec AFP