Washington annonce la suspension de la hausse prévue des droits de douane contre la Chine

Washington

A l’issue d’une réunion à Buenos Aires entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, Washington a annoncé, samedi, la suspension de la hausse prévue des droits de douane contre la Chine.

Dans un communiqué publié à l’issue de cette rencontre, la Maison Blanche a fait savoir que la décision de la hausse des droits de douane n’était que suspendue, plus précisément pour une durée de 90 jours.

Si les deux pays n’arrivent pas dans ce délai à s’entendre sur des “changements structurels” dans leurs relations commerciales, notamment à propos des transferts “forcés” de technologie et de la propriété intellectuelle, “les droits de douane de 10% seront portés à 25%”, selon le communiqué de la présidence américaine.

Washington indique aussi que Pékin s’engage à acheter une quantité “pas encore définie, mais très substantielles” de produits américains, pour réduire l’énorme déséquilibre commercial entre les deux pays.

La Chine va commencer “immédiatement” à acheter des produits agricoles américains, assurent le communiqué.


→ Lire aussi : La Chine va alléger les droits de douane sur les importations

Donald Trump a salué une “réunion incroyable et productive ouvrant des possibilités illimitées pour la Chine et les Etats-Unis”.

La réunion à Buenos Aires entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping s’est “très bien passée”, a assuré, pour sa part, samedi le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow.

De son coté, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a parlé d’un résultat “gagnant-gagnant” de cette réunion, à la fin d’un sommet du G20 sous haute tension en Argentine.


Les dirigeants des principales économies mondiales réunis à Buenos Aires “notent les problèmes commerciaux actuels” dans ce document négocié jusqu’à la dernière seconde.

Les leaders soulignent également que le système commercial multilatéral “rate ses objectifs” et “soutiennent la nécessaire réforme de l’Organisation mondiale du commerce”, tandis que les Etats-Unis multiplient les confrontations avec leurs partenaires commerciaux.

Le G20 promet de faire un point sur cette réforme d’une OMC honnie de Donald Trump, mais aussi contestée pour d’autres raisons par Pékin, au cours de son sommet l’an prochain au Japon.