Coronavirus: les 15 premiers jours d’avril seront “difficiles”, prévient Edouard Philippe

Edouard Philippe

Le combat contre la pandémie du nouveau coronavirus “ne fait que commencer” et les 15 premiers jours d’avril seront “difficiles”, a prévenu samedi soir le premier ministre français, Edouard Philippe.

Il seront “encore plus difficiles que les 15 jours écoulés”, a relevé le chef du gouvernement en allusion aux deux semaines de confinement décrété par l’exécutif et qui a été étendu jusqu’à la mi-avril.

S’exprimant lors d’une conférence de presse aux côtés du ministre de la Santé pour faire le point sur la situation de la pandémie du coronavirus en France et de la stratégie mise en place par le gouvernement pour l’enrayer, M. Philippe a souligné que “nous vivons une crise sanitaire sans précédent depuis au moins un siècle”.

Il a relevé que des mesures sans précédent ont été prises par le gouvernement français pour faire face à l’épidémie et en atténuer l’impact notamment sur l’économie et les personnes vulnérables, alertant en même temps d’une progression “rapide” de la pandémie.

“Nous doublons le nombre de cas positifs tous les 3 à 4 jours”, a-t-il expliqué, notant que la crise sanitaire est devenue mondiale et que tous les continents affrontent l’épidémie.


“La situation est difficile” et “le combat va durer”, a encore insisté le premier ministre français, soulignant que “nous devons tous nous installer dans un combat qui va durer (…) on le gagne en étant concentrés, grâce à l’innovation et à la recherche et si nous conservons enraciné en nous même, à côté de la lucidité, l’espoir”.

“Nous allons traverser cette crise et continuer à construire notre pays”, a-t-il dit, saluant les efforts des soignants ainsi que de ceux qui se trouvent en 2ème ligne du combats contre le coronavirus notamment forces de l’ordre, sapeurs pompiers, policiers, agriculteurs et routiers.

Revenant sur la stratégie nationale de lutte contre le Covid-19, M. Philippe a précisé que celle-ci est faite d’un élément visant à freiner la propagation de l’épidémie à travers le confinement et d’un autre orienté vers l’amélioration de l’offre de santé en augmentant la capacité d’accueil dans les services de réanimation et en aplatissant la courbe, de sorte à faire qu’il y ait moins de cas sévères nécessitant une admission en réanimation.

Il est également revenu sur cette stratégie dans les départements d’Outre-Mer, insistant sur le fait que la meilleure façon d’aider les soignants et d’éviter que l’épidémie “ne soit plus gérable”, c’est de respecter les consignes et les mesures de confinement.


Il a en outre démenti tout retard en ce qui concerne la mise en place du confinement.

Le bilan du coronavirus en France est passé samedi à 2.314 en milieu hospitalier sur un total de 37.575 cas de contamination confirmés depuis le début de l’épidémie.

La France est entrée ce samedi dans son douzième jour d’un confinement qui se poursuivra au moins jusuq’au 15 avril.