ban600

L’éducation et la formation, des piliers essentiels de la stratégie du Maroc de lutte anti-corruption

L’éducation et la formation, des piliers essentiels de la stratégie du Maroc de lutte anti-corruption

L’éducation et la formation constituent des piliers essentiels de la stratégie du Maroc en matière de lutte contre la corruption, a affirmé, vendredi à Vienne, le ministre délégué chargé de la Réforme de l’Administration et de la fonction publique, Mohamed Ben Abdelkader.

Intervenant lors de la 7è session de l’association des pays membres de l’Académie internationale de lutte contre la corruption, qu’abrite la capitale autrichienne, le ministre a souligné que l’éducation et la formation constituent des piliers essentiels de la stratégie nationale de lutte anti-corruption adoptée par le gouvernement depuis 2016, précisant que ce choix stratégique émane d’une forte conviction que l’éducation et la formation ont un impact positif sur les mentalités et les comportements et favorisent la consécration des valeurs de citoyenneté et la promotion de la culture de lutte contre la corruption.

Le gouvernement planche actuellement sur la mise en œuvre de plusieurs projets, a dit Ben Abdelkader, rappelant à titre d’exemple le projet de formation des ressources humaines du secteur public sur des questions afférentes à la lutte contre la corruption, outre les stages initiés au profit des juges et des officiers de la Police judiciaire dans le domaine des crimes financiers et ce, en collaboration avec nombre d’organisations internationales.

→ Lire aussi : La lutte contre la corruption dans le monde arabe au cœur d’une rencontre d’experts à Rabat

Le ministère de l’Intérieur a également élaboré un programme de formation à l’Institut Royal de l’administration territoriale axé sur la lutte anti-corruption, en plus d'un programme de formation initié par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) à l’Institut Royal de Police, a poursuivi le ministre.

Le Maroc a, en outre, adopté un deuxième projet concernant l’intégration de la lutte anti-corruption dans les programmes de l’éducation et de la formation, a-t-il indiqué, précisant que la mise en œuvre de ce projet incombe au ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui s’active à insérer les thématiques de lutte contre la corruption dans les programmes et les manuels scolaires de l’enseignement primaire et secondaire.

Dans le souci de mettre en oeuvre les programmes susceptibles de renforcer la transparence et la lutte anti-corruption, le gouvernement a procédé à la création de la Commission nationale de lutte contre la corruption, a soutenu le ministre, relevant que le Maroc figure parmi les premiers pays à adhérer à l’accord portant création de l’Académie internationale de lutte contre la corruption.

Le Maroc, à l’instar des autres pays du monde, avait pris conscience des grands risques et des préjudices dus à ce phénomène, a expliqué le ministre, soulignant que le Royaume a placé les efforts de lutte anti-corruption à la tête des priorités de l’Agenda national des grandes réformes engagées par le Maroc.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :