M. Laenser plaide pour des formations additionnelles des cadres des collectivités locales dans l’administration territoriale

Le président de l’Association des régions du Maroc et président de la région de Fès-Meknès, Mohand Laenser a plaidé, lundi à Salé, pour le renforcement des capacités des cadres des collectivités territoriales par des formations additionnelles dans l’administration territoriale. 

Dans une déclaration à la MAP en marge des travaux du 1-er Forum sur les collectivités territoriales en Afrique, qui se tient du 18 au 21 septembre à l’Université Internationale de Rabat (UIR) sous le thème “Les ressources humaines des collectivités territoriales africaines : le temps d’agir, c’est maintenant !, M. Laensar a souligné que “quelle que soit la formation et la qualification d’un cadre de collectivité locale en administration centrale, il a toujours besoin d’une formation additionnelle dans l’administration territoriale”. 

M. Laenser a, ainsi, fait savoir que le renforcement des capacités des cadres des collectivités locales, qu’ils soient des élus ou des fonctionnaires, est une priorité, notant qu“il n’y a pas de décentralisation sans compétences et sans formation”. 

Il a, également, noté que cette formation “ne devrait pas être seulement académique ou être dispensée uniquement dans des centres de formation, mais devra porter sur l’échange de l’expertise dans le cadre de réseaux de formation des cadres“, affirmant que ce forum consacre une opportunité idoine pour échanger avec les responsables africains au sein des collectivités territoriales qui ont répondu présents. 


Pour sa part, la ministre de développement communal au Burundi, Jeanne d’Arc Kagayo a souligné que le “moment d’agir est aujourd’hui pas demain“, précisant que ce forum est une occasion de prendre conscience de la situation des ressources humaines au niveau des collectivités locales. 

Mme Kagayo a également fait remarquer que les autorités africaines admettent que la décentralisation est la clé du décollage économique, notant la nécessité d’en faire une véritable porte d’entrée au développement, à partir des ménages et des collectivités locales. 

La valeur ajoutée de cette manifestation est de mobiliser les efforts pour aboutir à une “Afrique glorieuse faisant bon usage des ressources et des potentialités dont elle regorge”, a-t-elle dit. 

Initié par l’Organisation Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique), en partenariat avec le ministère de l’Intérieur, l’Association des régions du Maroc (ARM), l’Association Marocaine des présidents des conseils Communaux (AMPCC) et l’UIR, ce forum, inscrit dans le cadre de l’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA), est dédié au renforcement des capacités des collectivités territoriales en Afrique.


Prennent part à cette manifestation, inscrite dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la fonction publique, fêtée chaque année le 23 juin depuis 2003, près de 300 participants issus de 43 pays africains, parmi lesquels des ministres de la décentralisation et de la gouvernance locale, des présidents d’associations nationales des collectivités locales, des maires, des élus locaux, des managers des collectivités territoriales, des présidents et des directeurs d’institutions de formation, des responsables des réseaux professionnels des administrations locales et des experts en gouvernance locale.