Présidentielle au Honduras: Le candidat de l’opposition appelle à la rébellion

Le candidat de l’opposition au Honduras a appelé dimanche l’armée à désobéir aux ordres tout en encourageant ses partisans à continuer de protester pacifiquement en réaction aux manifestations mortelles qui ont suivi l’élection présidentielle, vivement contestée, organisée il y a plus d’une semaine.

J’appelle tous les membres des forces armées à se rebeller contre leurs supérieurs (…) vous devriez faire partie du peuple“, a dit le candidat soutenu par la gauche Salvador Nasralla, en s’adressant à des manifestants à partir d’un carrefour situé non loin de l’endroit où a lieu le recomptage. Des milliers de manifestants, pour la plupart des jeunes, frappant sur des casseroles et faisant retentir des sirènes stridentes, ont marché à travers les rues de la capitale Tegucigalpa pour apporter leur soutien à Nasralla, un ancien animateur de télévision, qui accuse le gouvernement de vouloir voler les élections.

Des images diffusées par la télévision locale ont montré des manifestations similaires dans les autres grades villes de ce pays d’Amérique centrale qui connaît l’un des taux d’homicides les plus élevés au monde du fait notamment de la présence de violentes bandes de narcotrafiquants sur son sol. Sept jours après le scrutin, les Honduriens ignorent toujours qui l’a emporté et le tribunal électoral a annoncé ce dimanche qu’il allait bientôt proclamer un vainqueur, une fois qu’il aura mené à bien un recomptage partiel. Des centaines de personnes ont été arrêtées au cours de manifestations violentes qui ont émaillé la semaine, avec au moins trois morts à la clef. Un couvre-feu nocturne est entré en vigueur samedi à 00h00 et le gouvernement a également suspendu les droits constitutionnels.

Le tribunal électoral a entamé le recomptage des voix déposées dans un millier de bureaux de vote, soit près de 6% des suffrages, un processus qui devrait se prolonger jusqu’aux premières heures de lundi. Salvador Nasralla a exigé le recomptage de milliers de bureaux de vote supplémentaires mais les responsables électoraux refusent à ce stade d’accéder à sa demande.


L’Organisation des Etats américains (OEA) estime dans un communiqué publié dimanche que le tribunal électoral devrait aller au-delà du recomptage partiel, ajoutant que la demande de Salvador Nasralla de recompter les voix de plus de 5.000 bureaux de vote était faisable. Selon le stade actuel du décompte, soit sur la base de quelque 95% des suffrages, Juan Orlando Hernandez est crédité de 42,9% des voix contre 41,4% pour Salvador Nasralla. La majorité absolue n’est pas nécessaire pour l’emporter.