Rabat et Ouagadougou actualisent leur partenariat dans le secteur minier

Le ministre burkinabè de l’Énergie et des Carrières, Oumarou Idani, a annoncé que l’accord de partenariat dans le secteur minier entre son pays et le Maroc a été actualisé.

“La SAMAO-2017 a permis d’actualiser l’accord de partenariat entre le Burkina Faso et le Maroc, signé depuis l’année 2000”, a souligné M. Idani, lors d’une conférence de presse, lundi à Ouagadougou, au cours de laquelle il a présenté le bilan de la 2ème édition de la Semaine des activités minière d’Afrique de l’Ouest (SAMAO), dont le Royaume a été l’invité d’honneur. Le Maroc a été représenté à ces Assises minières ouest-africaines par le ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, qui présidait une importante délégation, ainsi que par l’ambassadeur du Royaume au Burkina Faso, Farhat Bouazza.

“Après la signature prochaine de cet accord entre les ministères burkinabè et marocain en charge des Mines, des accords spécifiques seront conclus entre les deux parties”, a-t-il indiqué. Le premier accord portera sur le renforcement des capacités et les échanges d’expériences entre le Maroc et le Burkina Faso et le deuxième est relatif à la recherche minière entre le Bureau des mines et de la géologie du Burkina (BUMIGEB, entreprise étatique) et l’Office national marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM).

Quant au troisième accord, a poursuivi M. Idani, il sera conclu entre l’École nationale supérieure des mines du Maroc et l’École nationale supérieure des ingénieurs de Fada, relevant de l’Université de Ouagadougou. Aux termes du quatrième accord, le Groupe marocain MANAGEM, leader en production et valorisation des métaux opérant dans le Royaume et à l’international, s’engagera dans l’exploration minière au Burkina Faso, a fait savoir le ministre burkinabè, ajoutant que le cinquième et dernier accord portera sur les moyens et modalités de renforcement de la coopération entre la Fédération marocaine de l’industrie minérale et la Chambre burkinabè des mines.


Dans un entretien à la MAP, en marge de la cérémonie d’ouverture de la SAMAO, M. Idani avait affirmé que le Burkina Faso était “très honoré” de la présence et de la participation du Maroc. “(…) nous avons été très honorés d’accueillir le Maroc en tant qu’invité d’honneur. Le Royaume était représenté par une forte délégation à laquelle nous tenons à rendre un vibrant hommage, dans la mesure où elle n’a épargné le moindre effort pour nous soutenir et assister dans un esprit d’amitié, de solidarité et de fraternité”, avait-il indiqué. Par ailleurs, M. Idani a qualifié de “satisfaisante” la 2ème édition de la SAMAO-2017, précisant que ce Forum minier ouest-africain a enregistré 1 500 participants, contre 1026 en 2016, et 119 stands occupés sur les 120 prévus.

D’un budget global de 275 millions de F CFA (plus de 419.000 euros), la SAMAO-2017 a connu la présence de délégations ministérielles et officielles, de hauts responsables des sociétés des mines et des carrières, de scientifiques, d’hommes d’affaires, d’investisseurs aussi bien africains qu’internationaux, de banquiers, de fournisseurs de biens et services et de consultants en provenance de 16 pays étrangers, a-t-il relevé. A noter que la SAMAO se positionne désormais comme une plateforme d’échanges entre les opérateurs directs et indirects des mines et des carrières en Afrique de l’Ouest.