Référendum en Catalogne: La gestion des conflits doit se faire dans le respect total de la Constitution

La gestion des conflits doit se faire dans le respect total de la Constitution, des lois en vigueur et dans le cadre du dialogue, souligne la présidente déléguée de l’Internationale Libérale, Mme Hakima El Haite, en commentant le référendum en Catalogne.

“Dans le cadre de l’Internationale libérale, nous avons exhorté nos collègues catalans à respecter la Constitution et à favoriser le dialogue et l’écoute”, a-t-elle dit dans un entretien à la MAP, notant que le référendum en Catalogne demeure illégitime tant que les Catalans n’ont pas trouvé une issue favorisant le dialogue et le consensus.

En réponse au tollé provoqué sur les réseaux sociaux au sujet de son tweet sur les incidents en Catalogne (“Non à la violence. La démocratie est en danger”), Mme El Haite a indiqué que “ce tweet renvoie à un lien qui remonte à l’année dernière et que d’aucuns n’ont pas pris la peine d’y accéder”.

“Le lien exprime la position de l’Internationale libérale qui croit en les valeurs de la paix et du dialogue de par le monde “, a-t-elle expliqué, notant que cette institution s’oppose à la gestion des conflits par la violence.


“Je suis pour la défense et le respect des lois et de l’Etat de droit et je ne peux pas m’inscrire à une quelconque action aux antipodes des lois et des droits constitutionnels”, a affirmé Mme El Haite.

“Certains sites électroniques ont mal interprété mon tweet et je les appelle à lire le lien qui l’accompagne, loin de toute surenchère politique”, a-t-elle exhorté.

La présidente déléguée de l’Internationale libérale a également souligné que cette institution s’assigne pour objectifs la protection des droits de l’Homme, la promotion de la démocratie et l’égalité des droits pour tout le monde, outre la défense des droits de la femme.

Première femme arabe et africaine à occuper ce poste au sein de L’internationale Libérale, Mme El Haite a relevé qu’elle oeuvre, dans le cadre de cette institution, à renforcer la diplomatie partisane et parallèle et à véhiculer l’image du Maroc en tant que pays leader en développement durable et en matière des droits de l’Homme et de démocratie et à défendre la cause nationale.


Fondée en 1947, ce réseau mondial, qui compte plus de 100 partis politiques libéraux dans le monde, a pour but de favoriser notamment l’éducation, le droit à la santé et la rationalisation de l’immigration, a-t-elle ajouté.

Représentée au sein de l’ONU, cette organisation qui compte 44 pays au niveau de l’Afrique, a également pour but de soutenir le commerce et l’investissement dans le monde.