A LA UNECulture

Le serment du dernier messager de Souad Jamaï

Deux mondes, deux époques en miroir, un passé qui parait lointain et un futur proche, Souad Jamaï porte un regard intransigeant sur le dysfonctionnement du monde médical.

Ali, vieux médecin alerte et sympathique, tient un journal, sorte de rétrospection de sa vie qu’il lègue à Yelif, jeune confrère idéaliste et rebelle. Ce dernier découvre des pratiques peu amènes au sein de l’hôpital où il exerce. Il refuse d’être complice d’un système pervers et pernicieux où l’humain est avalé par le « progrès technologique ».

La médecine privée a-t-elle disparu ? Les assurances et les laboratoires ont-ils pris le pouvoir ? Suivons l’enquête menée par Yelif. Avec Azel, une consœur qui partage sa philosophie de vie et qui ne le laisse pas indiférent, ils découvrent ensemble les dangers du transhumanisme et de la manipulation.

Si Big Brother, le tout puissant, est un personnage de fiction, Big Pharma existe bel et bien. Monde caché mais bien présent dont la corruption a infiltré tout les systèmes. Comme toutes les industries, Big Pharma répond à la logique du profit. Notre santé est-elle protégée ? Les médecins exercent-ils tous leur métier en toute âme et conscience ? Toutes nos croyances ne sont-elles pas infondées ? Comment dès lors garder son libre arbitre et son éthique individuelle ? Confortés dans leurs certitudes par le docteur Ali, Yelif et Azel prendront des risques mais mèneront à bout leurs investigations.

Avec un rare pouvoir d’imagination, Souad Jamaï met une bonne distance avec la réalité et décrit un monde à la limite du caricatural pour marquer les esprits. Humanisme, liberté, vigilance, esprit critique sont les maîtres-mots de ce roman.

Le Serment du dernier messager est à la fois un roman d’initiation, de désillusion mais surtout un livre trépidant, plein d’énergie, de rebondissements et de suspens.

« Le système de matching était simple. À la première visite, les clients déposaient les empreintes radiométriques de leur cerveau, pour définir leurs principaux traits de caractère et les émotions souhaitées. Puis, à chaque nouvelle visite, on leur demande de préciser les critères recherchés chez un futur partenaire, critères pouvant être modulés à tout moment. Ensuite, le client était orienté vers une pièce où le rejoindrait la femme ou l’homme correspondant le mieux au matching. Le partenaire était choisi parmi les clients les plus compatibles présents le même soir.

Yelif n’a jamais eu à se plaindre de ce système. Mais quelque chose commençait à le déranger ».

Par Amina Achour

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page